Le chevesne, voilà un poisson bien souvent dédaigné par bon nombre de pêcheurs ! Et pourtant, quel autre poisson aux moeurs carnassières, à part peut être la perche commune, se trouve-t-il aussi répandu que notre bon vieux meunier ? Car c'est bien là l'intérêt de la bête : il est présent en grand nombre dans quasiment tous les départements et répond particulièrement bien aux stimuli envoyés par nos chers poissons nageurs.

Une aubaine pour nous tous, pêcheurs de carnassiers, qui rencontrons des conditions parfois difficiles aux mois les plus chauds de l'année. Ce poisson étant peu recherché par les pêcheurs "classiques" (car peu réputé pour sa chair pleine d'arêtes et qualifié de piètre combattant), de nombreux terrains de jeux encore vierges s'offrent à nous ; tant en street-fishing qu'à la campagne.

 

 

Le chevesne est un cyprinidé omnivore à tendance piscivore. Ainsi, il mange de tout et ne dédaigne pas engloutir quelques petits poissons de temps en temps ... C'est donc ce dernier petit penchant pour la chair de ses congénères à nageoires que nous allons exploiter.

C'est un des poissons les plus méfiants de nos eaux douces. Bien souvent critiquée, sa défense honorable et ses premiers "rushs" offrent de belles sensations sur du matériel léger. Mais l'intérêt de cette pêche réside essentiellement dans la traque de ce poisson ; nécessitant discrétion, précision et patience.

 

MATÉRIEL :

 

Canne : Pour cette pêche, on privilégiera une canne spinning courte (1m80 à 2m10) et légère de puissance light (2 à 7 grammes) capable de lancer efficacement des leurres légers.

  

Moulinet et fil : Un moulinet léger (1 000 ou 2 000) viendra équilibrer parfaitement la canne et vous permettra de pratiquer sans fatigue pendant plusieurs heures. Il sera rempli de nylon ou, encore plus discret, de fluorocarbone. Le fil sera nécessairement assez fin afin de rester discret, d'éviter de nombreux refus et de lancer suffisamment loin des leurres très légers. Personnellement, je n'utilise pas de tresse pour cette pêche car je la trouve peu discrète en eaux claires et peu profondes. Une petite agrafe fine et légère fixée en bout de ligne permettra un changement rapide et facile du leurre.

 

18-09-2011(1)

NOUVEAU VISUEL BIENTOT DISPONIBLE

 

Leurres : De nombreux leurres peuvent convenir à cette pêche. Toutefois, on veillera à ce que ceux-ci soient légers afin de ne pas alerter les poissons à cause d'une chute bruyante. Le choix se fera essentiellement en fonction de l'activité des poissons et des zones prospectées. Je choisis souvent de petits leurres en été car ils correspondent bien à la taille des jeunes poissons de l'année (et des insectes) sur lesquels se focalisent alors les carnassiers. De plus amples précisions sur les types de leurres seront données dans la partie "Modes de pêche".

 

Diverses tailles, formes et couleurs de poissons nageurs Adam's pour s'adapter au mieux aux envies des chevesnes !

 

Accessoires : Une paire de lunettes polarisantes permettra de voir plus facilement à travers la surface et fatiguera moins les yeux. Une pince permettra de décrocher plus facilement les hameçons profondément piqués dans les lèvres dures et charnues des gros spécimens. Une épuisette style "raquette" complétera cet équipement et vous permettra de "cueillir" en toute sécurité ce poisson se débattant violemment et glissant si facilement des mains. Gare aux triples plantés dans les mains ! 

 

RÈGLES DE BASE POUR UNE BONNE APPROCHE :

 

Quelques règles basiques devraient vous rapporter de nombreux poissons.

 

Règle n°1 : Choisissez soigneusement votre spot. Privilégiez des zones bien oxygénées de faible profondeur présentant des variations de courant. Ces zones sont généralement toujours bien fréquentées par notre "chub".

 

Règle n°2 : Soignez votre approche. Tenez vous éloigné de la berge ou, si vous pêchez en wadding, progressez le plus discrètement possible dans l'eau. Évitez les gestes brusques et n'hésitez pas à vous accroupir pour diminuer les chances d'être vu.

 

Règle n°3 : Effectuez une approche allant de l'aval vers l'amont afin de présenter un leurre dévalant vers le poisson. Vous éviterez également d'alerter des poissons tournés face au courant. Prenez toutefois garde aux poissons situés dans les contre-courants, donc tournés vers l'aval !

 

 

POSTES FRÉQUENTÉS :

 

Les secteurs favorables sont vraiment multiples : les courants (aval des barrages, milieu de la rivière ...) , les zones abritées tout en restant proches du courant (calme, plage, reculée, arrière des piles de ponts ...), les zones à l'ombre (buissons immergés, arbres surplombants ...), celles avec de la pierre ou du métal (ponts, ports, quais, éboulis, palplanches, péniches ...), les arrivées d'eau (tributaires, sorties d'égouts ou de centrales ...), les herbiers, les arbres morts, les radiers, les dessous de ponts ...

 

 

Il peut donc se trouver en de multiples endroits. A force d'expérience, vous arriverez à reconnaître les postes les plus favorables au premier coup d'oeil. Une question d'entraînement en fait !

 

MODES DE PÊCHE :

 

Le choix des leurres sera essentiellement guidé par le comportement des poissons et les postes pêchés.

 

Zone peu profonde calme ou à courant faible ou modéré : Le stickbait se montrera le plus efficace sur ces spots. Il vous permettra de peigner des postes dans lesquels il n'y a que quelques centimètres d'eau. Les attaques y sont les plus violentes et spectaculaires. Montée d'adrenaline garantie ! Un mini popper pourra également être employé avec de grandes chances de succès ...

 

 

Zone profonde calme ou à courant faible ou modéré : Essayez encore une fois le stickbait. Si vous n'enregistrez aucune attaque au bout de plusieurs minutes, descendez d'un étage en passant à des petits jerkbaits ou minnows. Une animation constituée de tirées brusques et aléatoires permettra certainement de faire craquer un meunier en maraude. Si malgré vos efforts aucun poisson ne vous gratifie d'une touche, explorez la couche la plus profonde en utilisant des petits crankbaits. Des animations en bottom-tapping éveilleront alors peut être l'agressivité d'une chevesne jusqu'alors apathique.

 

Zone à courant soutenu ou fort : Oubliez les stickbaits et passez directement aux crankbaits ! Ces leurres, remarquables de loin, gagneront à être choisis dans une gamme descendant peu profondément. Une petite cuillère tournante willow (à palette feuille de saule) fera également très bien l'affaire dans cette situation.

 

 

Une fois le poisson repéré, essayez un lancer précis et discret, en faisant en sorte que le leurre ne fasse pas trop de bruit en tombant dans l'eau (freinez le fil avec vos doigts pendant le lancer, lancez en coup droit au ras de l'eau). Si vous voyez le poisson s'approcher, apprêtez-vous à ferrer car le chevesne ne gardera pas longtemps le leurre en bouche ... mais sans toutefois trop anticiper le ferrage !

 

L'attaque a souvent lieu dès le poser du leurre ou dès qu'on passe sur la bonne zone. On peut aussi parfois les pêcher à vue. Il faut alors lancer le leurre juste derrière lui, le chevesne se retournera alors et attaquera par réflexe.

 

 

Ce poisson est tellement lunatique qu'l faut parfois adapter ses animations de leurres selon son humeur du moment : frétillements du leurre à la surface, do-nothing (aucune animation), gros twitchs, accélérations progressives ... A vous de voir ce qui fonctionne le mieux le jour où vous pêchez !

 

Sur certains postes à fort courant, il m'arrive parfois de pêcher vers l'aval. Dans ce cas-là, je me contente d'abord de lancer perpendiculairement à la berge. Une fois le pick-up refermé, je lève et maintient ma canne assez haut pour soustraire le plus possible ma bannière du courant. Je reste ainsi en contact permanent avec le leurre, prêt à ferrer. Je laisse alors le courant appuyer sur mon leurre (qui doit impérativement être peu plongeur) et le mettre seul en mouvement. Ce n'est qu'au terme d'une dérive en arc de cercle (éventuellement ponctuée de quelques petits coups de scion) que je récupère mon leurre pour le lancer à nouveau. Ca n'a l'air de rien ... mais cette manoeuvre m'a déjà valu plusieurs très gros chevesnes !

 

DES INVITÉS SURPRISES :

 

Si les chevesnes répondent bien à cette technique, les autre espèces ne demeurent pas en reste. Au hasard des prises, vous rencontrerez peut être perches (technique excellente pour celles-ci), calico-bass, sandres, brochets, bass, crapets de roche, rotengles, aspes ... Que du bon cette pêche estivale aux petits leurres !

 

 

 

Si ce n'est déjà fait ... franchissez le pas. Cette traque du chevesne, concrétisée bien souvent par de spectaculaires attaques de surface, vous rendra addict !

----------------------------------------------------------------------------------

 

MON MATERIEL PLUS EN DETAILS :

 

Cannes : - Aggress AGO-S601L - 1,83 m - 3/8 grammes (CRONY)

               - Stream Trout SGS-185L  - 1,85 m - 3/8 grammes (CRONY)

            - Wakiza S180L - 1,80 m - 1,8/7 grammes (ADAM'S)

 

Moulinets : - Metallica Micro Spin 8180 (BALZER)

                  - Alegra Mini 515 (BALZER)

 

Monofilament : Nylon Excellence Truite 18/100 (PAN)

 

Agrafe : Lock Snap (ADAM'S) ou Fastach n°0 (MUSTAD)

 

Poissons nageurs : - Pencil 47 et 60 F (ADAM'S)

                               - Pop 50 (ADAM'S) 

                               - Shad 40 SP/MR (ADAM'S)

                               -  Crank Akito 40 F-MR (ADAM'S) 

                               - Crank BN52 MR (ADAM'S)

                             - Jerkbait 50 S (ADAM'S)

 

@+ Guilhem COGNET

Retour à l'accueil